Old Blacks - Les anciens joueurs du Rugby Club de Thann

Old Blacks - Les anciens joueurs du Rugby Club de Thann

DISCOURS JUBILE : THIERRY COLOMBO - JEAN-LUC OBRECHT - PATRICE STAFFELBACH – 18 JUIN 2017

4 discours à lire, dans l'ordre :

les discours lus vendredi soir par Eric, le sien puis celui de Fred Cattanéo. Le discours officiel de dimanche (Philippe) puis celui de Thierry en fin de réception.

 

1- Lire le discours d'Eric Hildenbrandt : Discours-Jubil---Eric-Pour-Thierry.pdf

2- Lire le message de Fred Cattanéo : Discours-Fred-Cattan--o-Pour-Thierry.pdf

 

3- DISCOURS JUBILE COLOMBO – OBRECHT – STAFFELBACH – 18 JUIN 2017

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Je remercie Mr Gascon, « pour les plus jeunes qui ne le connaîtraient pas, Mr Gascon est membre fondateur et ancien président du Rugby club de Thann, membre fondateur des old blacks dont il a été le 1er président, » pour sa présence et son discours, plutôt gentil par rapport au mien ! Avant de me lancer dans des éloges concernant nos 3 jubilaires, j’aimerai les féliciter vivement car ils se sont particulièrement investit dans l’organisation de cette journée, ce qui a grandement facilité la tache du comité old blacks.

Ce jubilé a débuté vendredi soir par une très sympathique soirée au chalet du Thanner Hubel. C’est exactement l’esprit d’une telle organisation, amitié, simplicité et quand même une dose de connerie.

Je commence mon propos par un autre grand merci à nos trois jubilaires, qui comme le duo Ritter-Weck, ont choisi la date du 18 juin pour fêter leur jubilé. Tout le monde connaît cette date comme étant celle du fameux appel du général De Gaulle en 1940, mais c’est aussi la date de l’anniversaire de ma femme, (seulement le 18 juin, elle n’est plus toute jeune, mais elle n’est quand même pas née en 40), et vous m’évitez ainsi un pénible repas en tête à tête. L’an dernier, il n’y avait pas eu de jubilé en raison de l’organisation du 50ème anniversaire du club. Le choix des jubilaires est toujours effectué de façon collégiale lors d’une réunion de comité des old blacks qui sont les organisateurs de cette manifestation, parmi des gens qui ont marqué l’histoire du club. Nous avons encore une longue liste de personnalités à honorer, c’est pourquoi aujourd’hui vous avez droit à un triple jubilé. Et quelle triplette ! Ils ont pour point commun d’être connu de toutes les générations. Thierry a le meilleur passé rugbystique puisque son talent lui a valu de jouer au sommet de la pyramide du rugby français, Patrice a débuté le rugby à l’âge de 20 ans et a effectué toute sa carrière « professionnelle » au rugby club de Thann, Jean-Luc lui, est arrivé assez tard au rugby et est devenu un dirigeant et sponsor du RCT après sa carrière de joueur. Ils ont chacun contribué de façon positive à la vie du club. Ils ont aussi la particularité d’être mieux connus sous un pseudo : Vito, ou Bouli pour Thierry, Staffy ou Staffen’tamak pour Patrice et Jean-Cul (en 2 mots évidemment) pour Jean-Luc !

Je vais dresser un petit bilan individuel de leur carrière respective, et comme je l’ai déjà souligné : même s’ils ont tous œuvrés pour le bien du RCT ou des Old Blacks, ils trainent aussi quelques casseroles. Les old blacks sont allés en tournée dans le beaujolais le 1er week-end de juin. Thierry et Jean-Luc faisaient parti de l’effectif et j’ai pu constater à cette occasion que finalement, ils n’ont pas beaucoup changé, je parle ici du comportement et pas du physique.

 

Thierry (23/12/68)

Tout avait mal commencé pour la carrière sportive du jeune Thierry Colombo puisqu’il a débuté par le football. Heureusement, il n’y avait pas assez de juniors pour constituer une équipe, il s’est alors essayé au rugby sur les conseils de son pote Fred Cattanéo (qui jouait auparavant aussi au foot) et a ainsi rejoint le RCT en 1983 à l’âge de 15 ans. Thierry appartient à cette fameuse génération talentueuse dont faisait partie les anciens jubilaires Rocco Anastasi et David Dusé et qui était entrainée par le célèbre duo Henri Pouey-Fernand Keiflin. Vito parle souvent de son baptême du feu en équipe première. Il faut dire que débuter à 18 ans à peine par un derby à Mulhouse, avec qui nous avions déjà un lourd passé et à une époque ou le rugby était bien plus viril qu’aujourd’hui, n’était pas un cadeau. Je me souviens assez bien de ce match qui est resté pour lui un souvenir visiblement impérissable. Déjà stressé par le fait de jouer ce Mulhouse-Thann, avec certainement une semaine précédente ou nous avions du mettre la pression en raison de la présence en face de quelques amis « très chers », Fred lui avait fait une bonne blague en déposant sur son sac dans les vestiaires une pierre tombale avec l’inscription « ci git Colombo Thierry  mort pour le RCT ». Finalement, il n’a pas perdu la vie dans cette rencontre, mais seulement 2 dents à l’occasion de la réception d’une chandelle, mais cela aurait pu être pire car comme il le dit lui-même, il était bien entouré par un pack costaud et composé de joueurs à la réputation d’être adorables, bien comme il faut et fair play comme Ritter, Baccara, Nappi.. . Je m’attarde un peu sur ce match disputé le 5/10/1986 pour rappeler encore un peu plus de souvenirs (à l’époque, j’entrainais et je notais tout), coté blessés : Heitz a terminé avec les 2 yeux fermés et Michel Baccara avec l’arcade ouverte. Je vous livre même la composition d’équipe, cela me donne l’occasion de citer quelques noms qui rappelleront des souvenirs aux plus anciens : Heitz-Schleicher- Brondani-Coco Schnebelen- Etienne Greber- Baccara-Kaemmerlen-Yvan Tripotin-Fred Kalt-Loison-Ritter-Kriegel-toi-Gambs- Christophe Wolfarth- Burger-Duse-Fimbel-Lang et moi. Le score était de 19 partout et le match a du être rejoué en raison d’une erreur d’arbitrage.

Mais les qualités physiques et gestuelles de Thierry sont bien vite remarquées par des clubs plus prestigieux. C’est ainsi qu’en 1992, Thierry rejoindra Colmar qui jouait les gros bras en fédérale 2. En 1993, C’est à Strasbourg qu’il signe et ou il va former, avec Dany Antunes, une paire de ¾ centre réputée puisque je me souviens les avoir vu citer dans midi olympique comme étant la meilleure association de centres du groupe B. Les rugbymen de la capitale Alsacienne jouaient effectivement au 2ème niveau national. Voyant la réussite de Thierry, Fred Cattanéo, Laurent Kreittner, et Jean Kaemmerlen quittent le RCT pour rejoindre le RCS. Ils joueront tous les 4 ensembles en équipe première dans les Landes à Soustons, un match auquel a assisté Mr Gascon et qui fut plutôt une rencontre de rugby à l’ancienne. Il a eu la chance de jouer sur des stades mythiques comme La Rochelle, Auch,  Mont de Marsan, Jean Bouin, Oyonnax, et d’autres, des stades ou nous, pauvres spectateurs aujourd’hui, ne pouvons même pas fouler la pelouse en baskets. En 2000, il revient à Thann et occupe le poste d’entraineur des ¾. Il arrêt sa carrière en 2005. Je me souviens qu’il s’est aussi occupé un temps du club house, mais il a bizarrement cessé ses fonctions dès que j’ai repris en charge l’entrainement des seniors. Côté tournées, je me rappelle d’une virée à Paris et d’un repas dans le restaurant « nos ancêtres les gaulois », ou il chantait debout sur une chaise et que suite à une fausse manœuvre, il a glissé et est tombé assis sur la pointe du dossier de la chaise, lui occasionnant  ainsi un début de sodomie bien involontaire. Parmi ces nombreux forfaits, j’ai en tête un entrainement à la veille d’un match important, ou pour s’amuser très connement comme il avait l’habitude de la faire, il a mis un coup de tête à Fred Cattanéo, avec comme résultat l’arcade ouverte pour les 2 protagonistes et pas de match le dimanche, à ma grande joie vous vous en doutez. Dans la même catégorie, il s’est flingué la cheville en donnant un coup au cul à un adversaire lors d’un match de play off à Thann, montée en nationale 3 en jeu. Résultat : blessure au pied, sortie du terrain, match nul (comme le coup de pied) et pas de montée.

Il faut dire que j’ai eu une longue période de froid avec Thierry, je le regrette beaucoup aujourd’hui bien que je ne me souvienne plus vraiment pourquoi. Le passé est le passé, mais aujourd’hui, je suis très heureux de pouvoir dire que Thierry reste à ce jour le meilleur joueur que le club ait produit. En plus, malgré qu’il ait passé plusieurs saisons ailleurs qu’au RCT, il est toujours resté profondément Thannois, faisant une très bonne réputation à notre club et rappelant toujours avec fierté d’où il venait. Pour cela, il reste un personnage incontournable du RC Thann qui mérite largement l’honneur qui lui ait fait aujourd’hui.

 

Jean Luc (12/01/1956) 

Jean-Luc a débuté le rugby en 1985 par le biais de son pote Léon Sester, un pilier directeur du Crédit Agricole de Thann. Evidemment, commencer le rugby à presque 30 ans n’est pas évident. Mais il avait toutes les qualités pour s’imposer et faire carrière, je parle évidemment de la 3ème mi-temps, domaine dans lequel il excelle encore aujourd’hui. Demander lui de raconter des matchs, il aura du mal, par contre, parlez lui des après matchs à l’ancien club house, la, pas de problème. J’ai du mal à me souvenir de sa carrière sportive, mais je me rappelle très bien de son 1er match puisque j’étais sur le terrain ce jour-là. C’était à Luneville, Jean-Luc jouait pilier. A Luneville, il y avait 2 piliers roumains, grands, costauds, moustachus et pas sympas du tout. Avant de rentrer pour la première mêlée, Jean-Luc dit à son adversaire « vas-y doucement, c’est la première fois que je joue pilier ». Du coup, JL n’a fait qu’une seule mêlée, j’ai fait les autres. Lorsque je deviens président du club, je lui propose de rentrer au comité au poste de vice-président, il s’auto proclame alors : Jean-Cul, président du vice. Je n’ai cependant pas eu à me plaindre, bien au contraire, de cet excellent collègue qui a souvent du me remplacer. Vous savez certainement tous que Jean-Luc est horloger-bijoutier et qu’il a longtemps réglé l’horloge de la collégiale. Un jour, Un monsieur entre dans sa bijouterie et lui demande : - Bonjour ! Je voudrai une bague. Certainement, monsieur ! C'est pour votre femme ou vous voulez mettre plus ? Non, Là, ce n’est pas vrai, c’était une blague. Je vous lis le texte qu’il a publié dans l’ovale après la réception de l’équipe de Saint Ouen l’aumône ou il s’était particulièrement investit et qui situe assez bien le personnage : 

 

message JL.JPG

Bien résumé, non ?

Nous sommes allés lui et moi, ainsi qu’avec nos femmes respectives (de l’époque) à Paris au salon Bijorhca. A cette occasion, le président de Saint Ouen avec qui nous étions devenus amis, nous a invités à manger le midi. J’étais arbitre à l’époque et il m’a demandé d’arbitrer un match amical de son équipe. L’après match a été sévère et nous étions, Jean-Luc et moi, à plusieurs grammes dans chaque bras. Le problème, c’est que le soir nous étions invité à manger chez un pote parisien à Jean-Luc, précisément à Villepinte (eh oui) chez qui nous sommes arrivés dans un état lamentable. Il n’y avait pas d’alcool, ni à l’apéro ni à table, car son pote sortait d’une cure de désintoxication. Jean-Luc s’est même endormi à table !  Il a participé à plusieurs tournées comme celle en Ardèche, ou déguisé en curé à lunettes, comme d’habitude, il a béni tous les participants et toute la population de Villeneuve de berg. La virée en Tchéquie lui a également laissé des souvenirs impérissables. L’an passé, en Bretagne, ses chansons alsaciennes, dont la traduction littérale a bien fait rire le public, ont attiré de nombreux touristes sur le bord de mer de Cancale. L’interprète de talent de Mini mini Mama het a Bombomstand a maintenant rejoint le comité des old Blacks pour poursuivre sa carrière de dirigeant qu’il n’a jamais vraiment cessé d’exercer dans l’ombre, puisqu’il ne manque jamais l’occasion de donner un coup de main lors des manifestations du club. Jean-Luc est une figure légendaire du rugby club de Thann et il était juste de le distinguer aujourd’hui.

 

Patrice (11/10/67)

En 1987, c’est Gaëtan Franchi qui a convaincu Patrice de venir au rugby, cela fait donc pile poil 30 ans que Patrice sévit au RCT, mais également auprès des old black dont il est un des plus assidus de l’entrainement du jeudi soir depuis la fin de sa carrière de joueur en 2011. Lorsqu’il était petit, Thierry Fimbel, qui le gardait, m’a dit qu’une fois, dans le but de se familiariser avec les sports de contact, Staffy tournait en courant autour de la table de pingpong, s’est tapé la tête dans un coin pour rebondir dans un radiateur. Il en sorti cabossé mais prêt pour jouer au rugby.

En tant que joueur, il a quelques faits de guerre a son actif en ayant parfois marqué des essais décisifs dans des matchs serrés. Cela lui a valu une fois d’être en photo en page sport de l’Alsace sous l’article d’un match de l’équipe un. Patrice a pour qualité d’être très fidèle à ses engagements, (Patrice, je commence par le meilleur, ça va se gâter par la suite). En effet, je ne me souviens pas l’avoir vu loupé un match ou faire faux bond alors qu’il avait assuré de sa présence. Depuis qu’il ne joue plus, il s’occupe de la quête lors des matchs et contribue ainsi à la bonne tenue des finances du club house. Patrice a participé très activement à l’aventure de l’équipe réserve qui a remporté le championnat en 1999, puis en 2001 année ou cette équipe a réussit l’exploit d’être invaincue, et à cette époque, je peux vous dire qu’il y avait du monde en face et qu’il fallait être armé pour aller gagner à Yutz, Longwy ou encore Nancy. Vous souvenez vous de la date ou vous marqué votre 1er essai ? Lui oui, c’était le 11 octobre 1987, le jour de ses 20 ans contre Haguenau. Il se souvient aussi du joueur qui lui a fait la passe lorsqu’il a marqué le dernier essai de sa carrière, c’était Finley en 2011 contre Saint Louis. S’il est très disponible pour les 2 mi-temps sur le terrain, il ne l’est pas moins lors de la 3ème. Staffy est sympa, souriant, serviable mais il devient parfois très vite chiant avec quelques bières ou autres boissons alcoolisées dans le museau. Par exemple comme le raconte de façon anonyme un certain Nicolas N.,  que je cite : « lors d’un tournoi à Zurich, Staffy s'est endormi très rapidement. Nous avions dormi dans un abri atomique et notre Staffen'tamac local avait forcé sur la Weissbier et comme d'accoutumé il est vite devenu chiant. Il avait choisi la mauvaise place, à savoir à côté de moi. Je n'avais pas trop patience à l'époque. Je lui ai administré un anesthésiant made in Nappi. Il a dormi comme un bébé ». Et ce n’est pas la seule fois ou il a pris des baffes, (Patrice, je t’avais que cela se gâterait !). En revenant en bus de je ne sais plus ou, après nous avoir passé et repassé son fameux film le lièvre et la tortue (ceux qui ne l’ont pas vu peuvent lui demander la vidéo !) il a pris le micro. Mais là, cela c’est mal passé, Je crois que c’est Joël H qui a pété les plombs et l’a fait taire par des moyens physiques utilisés sur le terrain surtout par les avants. Tout le monde sait que notre ami Staffy est cinéaste, je n’ai pas eu l’occasion de voir beaucoup de ces films mais une fois, avant de venir à l’entrainement, je l’ai vu à la télé, assis au premier rang de l’émission « nulle part ailleurs ». Il fut aussi l’un des animateurs d’une célèbre tournée dans la région d’Arras. Désolé Patrice, mais il est impossible de conclure un discours sur toi sans parler de l’affaire qui t’a rendu célèbre dans toute la région. C’est un ami qui m’a raconté qu’un matin en baladant son chien, il a entendu du bruit dans la poubelle du club house. Il ouvre la poubelle en pensant trouver un animal. A sa grande surprise, il découvre notre ami Staffy, déposé la veille dans ce récipient par des joyeux lurons qui ne pensaient pas qu’il y resterait toute la nuit, mais l’alcool aidant ….. Ce qui devait être une bonne blague a faillit tourner très mal puisqu’après avoir passé une nuit replié sur lui, Patrice a du être hospitalisé et n’est pas passé très loin du pire. Il a arrêté de jouer au rugby en 2011, son ultime match a été celui qui l’a opposé à Nancy en finale du championnat d’Alsace Lorraine Honneur, à Hagondange il me semble. Depuis 2 ans maintenant, il accompagne Dominique pour l’entrainement des moins de 16 ans. Patrice fait preuve de dévouement pour le club, il est également très présent avec les old blacks, il aide toujours lors des manifestations et passionné par son sport et son club, je pense qu’il sera encore la très longtemps pour contribuer à faire vivre le rugby à Thann.

 

Remise cadeaux jubilaires

Thierry : David Dusé

Jean-Luc : David Feuilloy

Patrice : Nicolas Nappi

 

Remise fleurs aux épouses

Sandra : Mr Gascon

Isabelle : Thierry Fimbel

 

Résultat du tournoi :

Colombo – Obrecht : 3 – 5

Staffy – XV : 5 – 6

Colombo – XV : 3 – 5

Staffy – Obrecht : 2 – 6

Colombo – Staffy : 4 – 5

Obrecht – XV : 5 – 6

 

Classement :

1-      XV des présidents 9 points + 4 (17-13)

2-      Obrecht 7 points +5 (16 – 11)

3-      Staffy 5 points -4 (12 – 16)

4-      Colombo 3 points -5 (10 – 15)

 

Composition des équipes :

XV des présidents :

Denis Carrat – Juju Savérino – Pin’s – Gilles Balland – Hervé Jeunhomme – Georges WincklerThierry Fimbel – Victor Boutet – Patrice Del Tatto – David BlansPhilippe Diet

Obrecht :

Zaza Ampilhac – Benoit ClaerrLaurent Rapp – Joël Kippelen – Fred Wagner – David feuilloy – Finley – Zim – Alexis – Michael Burgy

Staffy :

Staffy – Sabrina oudina – Juju Hoffer – ben Fimbel – Jonas – Dominique Weck – Evan – Alain Boteko – Seb Wendling

Colombo :

Thierry Colombo – Steph Blans – Igor Tripotin – Dusé Pascal et David – Lippy – Denis Helbling – Ethan - Cyrille

 

 

Remise récompenses – fabriquées par la maison Fimbel Thierry :

Soulier de bronze à Joël Kippelen : Georges Winckler

Soulier d’argent à Zaza : Thierry

Soulier d’or à Finley : jubilaires

Trophée old Black au capitaine XV présidents Denis Carrat : Philippe

 

4- Discours de Thierry Colombo : 

Tout d’abord Jean-Luc, Patrice et moi, tenons à vous remercier d’avoir répondu présent à notre Jubilé. D’être venu aussi nombreux montre que le rugby est une grande famille et qu’on partage de très bons moments ensemble.

J’espère bien sur que ce sera encore le cas aujourd’hui.

Nous voulions les jubilaires ainsi que le comité des olds blacks apporter un peu de changement dans le déroulement du programme.

Nous avons donc proposé au comité d’organiser un pèlerinage le vendredi soir entre Rugbymen  et l’endroit adéquat ne pouvait être que le Thanner.

Nous souhaitions d’une part rassembler les anciens joueurs avec qui nous avons pu partager des souvenirs sur le terrain mais aussi la nouvelle génération.

Aujourd’hui je peux dire que cela a été une très grande réussite et que le mélange générationnel a plutôt bien fonctionné. Je suis certain que ce sentiment est partagé par Jean-Cul (ah non tu n’étais pas là !!) et Patrice. Les échanges n’ont pas été certes d’un grand débat philosophique (ca n’était pas le but d’ailleurs) mais plutôt des échanges d’une franche camaraderie avec de beaux fous rires de belles répliques de belles chansons de beaux discours (merci encore Eric) et surtout encore une fois la joie d’être ensemble.

La journée présente se veut plus familiale aussi nous avons décidé de vous proposer diverses activités en plus du Rugby touché. Ainsi les joueurs et joueuses du club, jeunes et moins jeunes, mais aussi nos conjoints puissent également profiter et participer pleinement de cette belle journée ensoleillée.

Nous avons donc installé un terrain de volley  un terrain de pétanque qui se jouera sur l’herbe et également des terrains de badminton.

J’espère qu’avec ces activités tout le monde participera à la fête et s’amusera.

Je tiens aussi à remercier le comité des olds blacks pour leur investissement dans la préparation de notre jubilé. J’ai été très touché et très honoré lorsque Philippe le président des olds black m’a appelé pour m’annoncer que le comité avait décidé de me nommer jubilaire avec Jean Cul et Staffy.

Nous nous sommes, il me semble également investit dans la préparation et je suis très fier et très heureux de fêter mon jubilé avec toi Jean Cul et toi Staffy.

Pour ma part le jubilé est une fête qui marque la fin d’une carrière sportive. Alors même si la mienne est déjà bien derrière et qu’il est vrai je n’arrive plus à faire des cadrages débordement j’ai pris beaucoup de plaisir à jouer ce matin avec vous. Je sens que demain mes articulations vont me rappeler que je n’ai plus 20 ans !!

Je voudrais également remercier bien sur le rugby club de Thann qui m’a apporté tant sportivement qu’humainement.

Je ne rentrerais pas dans les détails sur ma carrière sportive mais en quelques lignes je voudrais simplement en faire un petit condensé.

Quand je suis arrivé au Rugby à l’âge de 15 ans grâce à Cattane avec qui je jouais au foot, je connaissais rien de ce sport. Mais très vite j’ai été séduit par son jeu mais également par la mentalité et l’esprit de ce sport.

J’ai commencé en junior ou nous avions une équipe formidable qui restera gravé dans ma mémoire, j’ai fait d’abord la connaissance de joueurs très talentueux comme Cattane que je connaissais bien sur mais qui pour moi restera l’un des meilleurs joueurs du RCT, évidemment Lypy, David et Pascal Dusé, Sylvain, Igor, Thierry Tutti, Alexandre Schleicher (qui nous a quitté malheureusement il y a 2 ans) Mathieu Calligaro, Gilles Balland, j’en oublie évidemment qu’ils me pardonnent mais la liste serait trop longue.  Mon apprentissage Rugbystique ne pouvait pas mieux commencer.

J’ai ensuite fait mes premières armes en équipe 1 alors que j’étais encore junior sous la houlette de Philippe et là j’ai appris vraiment ce qu’était le Rugby avec des derbies plus que musclés entre Thann et Mulhouse ou d’ailleurs j’en ai fait les frais pour mon premier match en équipe 1 puisque j’ai perdu 2 dents lors de cette rencontre. Ou encore des matchs mémorables contre Saint Dié ou Verdun on peut dire que c’était vraiment la guerre des tranchées. Heureusement entouré de joueurs comme Nicolas Nappi, Dédé, Philippe Diet, Schnebelen, Baccy, Ritton, Thierry Fimbel, Christophe Wolfarth, Jean Maurice Kriegel, Gambs Kaemmerlen, je pouvais m’appuyer sur leur expérience et leur talent pour en faire la mienne. Ils m’ont donné l’envie et la passion pour ce sport et pour toute ses vertus qui me sont  tellement importantes et qui m’ont permis d’être ce que je suis aujourd ‘hui.

Je remercie le RCT d’avoir pu côtoyer de grands joueurs mais aussi de belles personnes.

Je voulais te remercier toi Philippe particulièrement. En effet si j’ai pu réaliser ce parcours rugbystique c’est bien grâce à toi.

Ta passion ton charisme ta technicité ton sens du jeu ta volonté de nous faire progresser ont étés un déclencheur pour moi. J’ai pu prendre conscience que je pouvais évoluer dans un autre club et jouer un niveau supérieur.

D’abord une année à Colmar en fédérale 2  ensuite à Strasbourg ou j’ai passé 7 ans et ainsi connaitre le haut niveau. J’en garderais toute ma vie une énorme fierté bien sur mais surtout de merveilleux souvenirs.

En revenant au club, j’ai eu la chance de pouvoir jouer encore avec certains anciens juniors mais aussi la nouvelle génération très talentueuse également comme les David Zim, Eric Hildenbrand, Cyrille, Denis Helbling Stephane Mellinger, Benjamin Fimbel, Rondier, Bertoum, Julien Savérino.

J’ai des frissons en repensant à quelques matchs d’anthologie et des souvenirs plein la tête qui resteront gravés dans ma mémoire.

Je terminerais par dire qu’avec le recul le seul petit regret que j’ai c’est de ne pas avoir, avec toi Philippe, pu conjuguer notre passion commune pour entrainer les équipes 1 et 2 du RCT.

Je pense que nous aurions pu former un super binôme d’entraineur.

MERCI ENCORE A TOUS ET BONNE JOURNEE

 



20/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres