Old Blacks - Les anciens joueurs du Rugby Club de Thann

Old Blacks - Les anciens joueurs du Rugby Club de Thann

DISCOURS JUBILE : DAVID RIZZO - IGOR TRIPOTIN - 17 JUIN 2018

DISCOURS JUBILE RIZZO – TRIPOTIN

THANN, le 17 juin 2018.

 

Bienvenu à toutes et à tous au jubilé de nos amis Igor et David,

 

Cette année, nous fêtons 2 anciens qui sont présents depuis de très longues années au club, et qui sont donc connus et reconnus de toutes les générations du club puisqu’ils sont tous 2 encore très actifs pour le rugby Thannois. Ils ont débuté leur carrière à l’école de rugby, avant de jouer dans toutes les catégories et sont aujourd’hui 2 éminents membres des old blacks !

 

Mr Gascon devait être présent, mais il s’excuse car il a des problèmes de santé qu’il l’empêche de venir aujourd’hui.

 

Ce jubilé a commencé vendredi soir par une chouette escapade au thannerhubel.

 

Igor Tripotin (né le 9/1/1969) :

Igor est un personnage bien connu du sport Thannois : rugbyman au RCT, athlète à l’US Thann et professeur de sports au lycée. Tripotin, comme Schnebelen ou Wolfarth, est un nom qui fait partie des grandes familles du rugby Thannois. Depuis la création du club, il y a pratiquement toujours eu un Tripotin licencié au RCT. Après le papa Serge, il y a eu le frère ainé Yvan, Marie et Pol les enfants d’Yvan puis son fils Emile. Pour bien comprendre l’histoire rugbystique d’Igor, il faut d’abord brièvement présenter le père. Serge est arrivé à Thann en provenance de sa Meuse natale, en 1963 après l’obtention de son diplôme à l’école normale supérieure d’éducation physique de Vincennes ou il a découvert le rugby, un sport qui l’a passionné. Dès son affectation au lycée de Thann, il a initié une multitude d’élèves, puis logiquement, il a participé à la création de notre club en 1966 ou il fut joueur et entraineur, puis éducateur à l’école de rugby. Dans ces conditions, Igor, âgé de 6 ans, avait-il le choix lorsqu’il fut l’heure de pratiquer un sport? Il a donc débuté sa carrière de rugbyman sur l’ancien terrain de la rue du commando de Cluny (actuellement, l’IME) à une époque ou parmi les adversaires qu’il rencontre lors des tournois, il y a une formation Cernéenne dans laquelle évolue les Duse, Bessah, Belcastro et compagnie. Petit, il était déjà grand. Une taille exceptionnelle et des qualités physiques évidentes qui vont faire qu’il sera également remarqué par les représentants de l’athlétisme Thannois, Jean-Marie Bellicini en particulier. L’athlétisme devient donc la seconde passion d’Igor qu’il pratiquera avec un certain bonheur puisqu’à la lecture de ses meilleures performances, figure notamment un record au décathlon à 6649 points réalisé à l’âge de 20 ans et qui devait le situer dans les meilleurs performers nationaux à cette époque. A l’inverse de Pin’s qui a joué 10 saisons en cadet et autant en junior, Igor est fréquemment surclassé dans les catégories supérieures en raison de son développement physique précoce.  Il est convoqué en sélection d’Alsace-Lorraine, puis Philippe Tarrusson, le conseiller technique régional, l’inscrit à un stage national auquel il n’ira pas, préférant donner la priorité à un championnat d’athlétisme. En 1986, encore une fois surclassé, il fait partie de la fameuse équipe du lycée entrainée par Jean-Claude Eich, (qui est au choix : le successeur de Serge ou le prédécesseur d’Igor) et participe aux finales nationales de l’UNSS. Igor est né en 1969. Cette année 69 n’est pas seulement l’année érotique, mais elle aussi celle d’une génération 67-68-69 qui a marqué le club par la production d’une multitude de joueurs doués sur ... et en dehors du terrain, je peux en témoigner. En effet, en 2014, nous avons fêté le jubilé de Rocco Anastasi et David Dusé, en 2015, celui de Philippe Feltzinger et l’an passé, c’était au tour de Thierry Colombo, tous issus de cette génération coachée par le duo Pouey-Keiflin et qui est en encore très présente aujourd’hui au club et au sein des old blacks. Mais comme il le dit lui-même « malheureusement, l'athlétisme va nuire à mon assiduité aux matchs comme aux "à coté"... ».

Naturellement, Igor arrive en équipe première à une période ou l’effectif en 3ème ligne est riche et talentueux. Toujours en alternance avec l’athlétisme, il va se faire une place de titulaire indiscutable au regard de ses qualités physiques avec un point faible quand même : le nez. Un célèbre ancien rugbyman international, Walther Spangherro, a eu cette phrase un jour de match contre les anglais «  Si je n’avais pas eu le nez, j’en prenais plein la gueule ». Igor aurait pu dire la même chose car j’ai rarement vu quelqu’un autant saigner du nez. Son frère Yvan ayant signé à Mulhouse, il y eut un match Thann-Mulhouse avec un Tripotin de chaque coté. A une époque ou les derbys étaient des derbys, « on » m’a raconté que Mireille, la maman avait interdit à Yvan de faire mal à son petit frère. A cette période, le RC Thann possède une solide formation qui est aux portes de la 3ème division nationale et qui échoue à plusieurs reprises pour des riens. Igor est un des leaders de ce groupe, et lors d’un match de championnat de France, contre le futur champion de France promotion honneur Meximieux, il fait une super partie. L’entraineur de Meximieux, que je connaissais bien puisque je venais de faire mon stage d’entraineur 3ème degré avec lui, me demande s’il joue sous fausse licence, le soupçonnant d’évoluer à plus haut niveau. Ayant obtenu son diplôme de prof d’EPS et après un séjour à Stains en banlieue parisienne, il rejoint le lycée de Thann ou il est toujours en poste. Lorsque je suis l’entraineur de l’équipe une, je profite de ses compétences puisqu’il m’accompagne pour les séances d’entrainement en s’occupant plus particulièrement de la préparation physique. Il continue pendant plusieurs années à martyriser des générations de joueurs lors de séances physiques dont pas mal d’entre eux se souviennent encore. En 2007, il met en place la section sportive rugby au lycée. Cette section a d’ailleurs obtenue un très bon résultat cette saison, puisque les filles sont allées en finales nationales à Grenoble en mai.

Igor est un fidèle du jeudi soir depuis le début des entrainements old blacks. C’est d’ailleurs lui qui nous a inspiré notre fameuse séquence d’échauffement que nous faisons depuis au moins 10 ans ! C’est un des joueurs majeurs de notre groupe même si passe longue est souvent trop courte ! Si Igor est aujourd’hui proche de la 50aine, vous pouvez tous constater qu’il a encore un corps d’athlète, ce qui complexe la plupart d’entre nous à l’heure de la douche. Se doucher en compagnie d’Igor est l’assurance de passer une mauvaise soirée et se demander pourquoi on n’entame pas immédiatement un régime ou une séance de muscul. Mon épouse, qui lors de son mandat municipal précédent participait au CA du lycée, m’a raconté qu’en passant devant les boites aux lettres des profs, quelqu’un (ou quelqu’une) avait gratté les 2 dernières lettres de son nom et avait transformé Tripotin par Tripot’moi.

Comme vous avez pu vous en rendre compte au cours de ce bref récit le concernant, Igor qui a commencé sa carrière en 1975 à l’école de rugby est toujours présent avec les old blacks, mais aussi avec le club qu’il alimente en jeunes grâce à son  activité de prof au lycée, il était temps de récompenser cette longue carrière de rugbyman par un jubilé. Bravo Igor.

 

David Rizzo (8/11/71)

 

David, qui est également surnommé Rommel mais je ne connais pas l’origine de ce surnom, est un fidèle parmi les fidèles du RC Thann. Venu au rugby par le biais de quelques potes de l’école tels que Tripierchamp, Philippe Wirth ou Spérissen, des noms qui rappelleront quelques souvenirs aux plus anciens, il est inscrit très tôt à l’école de rugby ou il est encadré par Patrick Pouey et Roger Piard. En 1985, le club organise la première tournée de son histoire pour les petits et les emmènent à Cancon dans le lot et Garonne, David fait partie de cette virée. L’encadrement est constitué par Maurice Tripierchamp, Laurent Schnebelen, André Lang, Georges Winckler, Roger Piard et moi-même. Au retour, Georges à l’idée de faire circuler un cahier sur lequel les jeunes marquent leurs impressions de voyage. Voici quelques phrases, l’une d’elle est de David : « je ne me suis pas ennuyé avec mes copains et les filles de Mr Tasta – Le séjour était très court mais très amusant – L’excursion m’a beaucoup plu, les Canconnais ont le sens de l’hospitalité, les encadreurs eux aussi étaient marrants, surtout après la 3ème mi-temps quand ils avaient un coup dans l’aile ». A l’époque, il croise la fameuse bande des juniors dont nous avons parlé précédemment dont il est le plus jeune équipier et participe au fameux match de championnat de France à Ozoir la Ferrière et donc au retour en bus qui est encore à ce jour un de ceux qui a couté le plus cher au club. Il effectue son premier match en senior à l’âge de 16 ans, chose assez courante dans ces années là. Spécialisé dans les postes de la première ligne, David est doté d’une excellente technique individuelle et est un très bon manieur de ballon, il devient donc rapidement titulaire indiscutable en équipe une. A 40 ans passés, alors qu’il manque du monde pour jouer en réserve, il enfile le maillots et fait un match qui complexe les piliers de l’équipe un qui regardent sa performance depuis la touche. David est un joueur qui ne s’économise pas lorsqu’il est sur le terrain, il est d’une grande vaillance et ceci va lui couté une multitude de blessures qui font la joie de son patron Eugène le lundi matin. Dans l’ovale (revue du club), j’ai noté plusieurs remarques à ce sujet, par exemple : Après l’épaule, David Rizzo a fait une rentrée remarquée contre Mulhouse, bilan 3 points de suture. D’ailleurs, il est souvent blessé à l’épaule, c’est peut être pour ça qu’il a cette manie de les regarder l’une après l’autre en permanence (l’imiter) ! Combien de fois nous avons du attendre dans le bus que David ressorte des urgences, un service dont il connaît bien le fonctionnement dans pas mal de villes d’Alsace-Lorraine. Et même un peu partout en France. Désolé David, comme t’y tu attends certainement, je ne déçois pas en parlant de cette fameuse tournée parisienne dont tu as été le héros en terminant, bien sur, à l’hosto, mais pas pour un pépin physique cette fois-ci. Pour faire court, nous sommes partis en tournée pour jouer un match contre le club de saint Ouen l’aumône. Après un voyage arrosé, un arrêt historique (aux sens propre et figuré) au château de Versailles, un repas dans une sombre rue de Paris, nous sommes allés voir Albert Dupontel au théâtre Tristan Bernard. David avait bu régulièrement toute la journée. Nous sommes assis et nous occupons une rangée, je suis assis au bout de celle-ci. Au cours du spectacle, David se lève et sors. Cinq minutes plus tard, alors que Dupontel fait un sketch ou il vomit, la porte battante s’ouvre et on entend un écho du même bruit à l’extérieur de la salle. Une dame équipée d’une torche se dirige vers moi et me demande si je suis avec le monsieur qui vient de sortir. Je dis oui et elle me demande de la suivre. Je retrouve mon David allongé par terre dans une couverture de survie et entouré de pompiers. Le directeur du théâtre est la et me demande de payer des frais de nettoyage. Je comprends en me retournant et en constatant que David a essayé de rejoindre (visiblement sans succès) les toilettes au bout du couloir, et qu’il a tracé une ligne blanche au milieu du beau tapis rouge en velours. Bref, nous sommes allés passer la soirée à paris, puis nous avons joué au rugby à Saint-Ouen, et sur le chemin du retour, nous avons récupéré David à l’hôpital Bichat. David, comme Igor, a fait partie  au poste de pilier, de l’équipe qui participé à l’épopée du championnat de promotion honneur de 1992, certainement avec une des meilleures compositions d’équipe que le club est connue dans son histoire et une de ses plus grandes joies est ce titre de champion réserves honneur (invaincu) en 2001. En 1993, il entre au comité et fait partie de la commission club house, présidée par Eugène. Amateur de boisson anisée (on n’a pas le droit de dire Ricard), David est justement très présent au club house et participe activement à la vie du club. Il est aujourd’hui membre des old blacks. Il a participé sans encombre à la dernière tournée à Bordeaux il y a 15 jours et il vient régulièrement partager le repas du jeudi soir. Il manque quelqu’un pour encadrer la réserve, hop, il est là. Faut aller en déplacement avec les juniors ou les filles, il y va. David est un grand serviteur du club. Toujours prêt à rendre service, d’un grand dévouement et très sympathique, il est admis par tous et toutes. Ce jubilé est plus que mérité.

 

Infos pour le repas

 

Remise cadeaux jubilaires

 

Remise fleurs aux épouses

 

Remise récompenses :

Soulier d’argent: Charlotte

Soulier d’or : Emilie

 

Résultat du tournoi :

1er : XV des présidents

2è : Ex-Jubilaires

3è : Equipe Rizzo

4è : Equipe Tripotin



18/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres